Photos et vidéos dans la sphère des activités avec les enfants et lors des évènements et rassemblements sont fréquents, notre D.P.O. nous rappelle les bonnes pratiques !

Voici quelques principes à prendre en compte avant de partager des photos d’enfants :

  • Licéité : Ne partagez jamais de photos d’enfants sans le consentement de leurs parents ou représentant légal.
  • Type d’image : pensez au contenu et utilisez des filtres ou une résolution plus faible chaque fois que possible, cela rend les images moins attractives pour les autres.
  • Quantité : Partagez le moins de photos possible.
  • Choix du canal : soyez conscient de la façon dont vous partagez vos photos. Tout ne doit pas être laissé à la portée de tous. Utilisez les paramètres de confidentialité et créez des groupes fermés.
  • Supprimer régulièrement : faites un grand ménage de printemps et supprimez régulièrement les photos précédentes que vous avez publiées.
  • Demandez toujours aux enfants : Utilisez des questions telles que « Pensez-vous que je peux partager cette photo avec ma famille ou mes amis ? » Ensuite, assurez-vous que la question est bien comprise. Respectez la réponse.

La règle de base est de toujours demander le consentement de toute personne pouvant être directement ou indirectement reconnue dans une image avant sa publication.

Si vous ne prenez pas les photos en privé, mais en tant qu’employé d’une école, d’une activité de loisirs ou autres, vous devez également avoir une autorisation avant que la photo ne soit prise.

Quelles précautions prendre avant de partager des photos d’enfants ?

Pour partager les photos sur des médias, vous devez avoir un consentement valide. Voici quelques conseils sur ce qu’il faut garder à l’esprit avant de prendre des photos et sur ce que doit contenir un formulaire de consentement.

Le formulaire doit contenir des questions pertinentes et spécifiques auxquelles les représentants des enfants doivent répondre (en cochant ou en rayant la mention oui/non) :

Les cases ne doivent pas être pré-cochées.

  • Acceptez-vous que l’enfant soit photographié/filmé ?
  • Acceptez-vous que les photos soient publiées sur des sites Web publics/protégés par mot de passe ?
  • Acceptez-vous que des photos de l’enfant soient partagées sur les réseaux sociaux ? Dans ce cas, il faut spécifier où les images vont être publiées et s’il y a des profils / groupes ouverts ou fermés. Idéalement, il devrait être possible de choisir les canaux ou médias pour lesquels le consentement est donné.
  • Acceptez-vous que les images soient publiées dans des imprimés liés à l’école/à l’organisme/à la municipalité ? Ici encore, les personnes devraient pouvoir choisir pour lesquels elles donnent leur consentement.

Lorsque c’est un photographe externe qui intervient dans les écoles ou lors de l’évènement, le consentement doit être obtenu au préalable. Une école ne peut pas donner son consentement au nom des enfants ou des parents pour que des photos soient prises par un acteur externe. Si les responsables légaux de l’enfant ne souhaitent pas que des photos soient prises, les coordonnées de l’enfant ou des tuteurs ne doivent pas non plus être transmises au photographe.

On constate souvent que l’organisation des photos dans le milieu scolaire est réalisée à l’inverse : le photographe vient dans l’école, prend les enfants en photo et toutes les pochettes sont ensuite distribuées aux familles. Si les photos sont refusées, elles ont tout de même été imprimées. Les images des enfants circulent durant ce processus, et les images refusées se retrouvent au rebut sans garanties pour les personnes concernées sur les modalités de destruction.

Il faut privilégier les modalités qui respectent la protection des données. Les photos ne devraient être imprimées que lorsque la famille a consenti à l’achat des photos. Les photographes professionnels doivent démontrer que les sites Web qu’ils utilisent pour présenter les photos aux familles sont suffisamment sécurisé. L’organisme (l’école, le centre de loisirs,…) a le devoir de contrôler que le prestataire présente des garanties suffisantes.

L’un des choix dans la déclaration de consentement devrait donc être de savoir si les parents consentent à l’utilisation d’un photographe.

 

Évaluer le contenu des photos

Au cours d’une journée, de nombreuses situations étranges, drôles et mignonnes peuvent se produire. Ensuite, il est facile de prendre des photos. Mais même si nous avons la possibilité de documenter la plupart des choses à tout moment, il n’est pas certain que vous deviez tout documenter – sans parler de sauvegarder ou de partager davantage.

Avez-vous une attitude consciente vis-à-vis des images que vous partagez d’enfants – qu’il s’agisse des vôtres ou des enfants des autres ?

 

À votre avis ?

  • Pensez-vous que votre rôle représente un impact sur le nombre de photo de l’enfant qui sont publiées ?
  • Au regard de toutes les photos partagées d’un enfant, au final quelle image donne-t-on de cet enfant ?

 

Pensez à sélectionner les réseaux

Si vous allez partager les photos, réfléchissez aux canaux et réseaux à utiliser. Prenez soin de vérifier les paramètres. Avec qui voulez-vous vraiment partager ?

Site Web / blog / service protégé par mot de passe

Certaines écoles, crèches ou activités de loisirs choisissent une solution éditoriale où le partage s’effectue derrière une forme de login. Il est alors important de se rappeler que les organismes en question ont le devoir de s’assurer qu’une telle solution est suffisamment sécurisée, que des consentements valides sont en place et qu’elles ont de bonnes routines pour supprimer les photos et les comptes si les enfants partent.

 

Rappelez-vous …

Quels que soient les paramètres du réseau social et de confidentialité, les règles sont les mêmes lors du partage de photos d’autres personnes. Même si vous partagez les photos dans un groupe fermé (par exemple, un groupe de parents sur Facebook), vous devez avoir le consentement des parents des enfants sur les photos avant de les partager.

 

Supprimez régulièrement ce qui n’est plus pertinent

Les attitudes changent avec le temps. Lorsque vous regardez de vieilles photos ou des mises à jour de statut sur les réseaux sociaux, certaines publications peuvent avoir perdu de leur pertinence et être franchement obsolètes. Le style a évolué, les opinions ont changé et vous pouvez soudainement voir les images sous un nouveau jour. Pratiquez régulièrement, un « nettoyage de printemps » de ce que vous avez partagé. C’est particulièrement important lorsqu’il s’agit d’images et de films d’enfants, car leurs opinions peuvent changer rapidement à mesure qu’ils grandissent, et l’image que nous avons donnée d’eux, peut les déranger.

Si des parents ou des enfants vous demandent de supprimer des images partagées – qu’il s’agisse d’images de réseaux ou médias ouverts ou fermés – vous devez le faire.

  • Ne demandez pas de raison, supprimez-les simplement et immédiatement.
  • N’oubliez pas que même s’ils ont initialement donné leur consentement, celui-ci peut toujours être retiré.